Présentation Georges GURVITCH

GURVITCH Georges (1894 — 1965)

Après avoir initié les philosophes français des années trente aux tendances actuelles de la philosophie allemande, Gurvitch s’orienta vers une sociologie théorique et quadrilla de concepts et de typologies le champ essentiellement mouvant du social, mais il demeura toujours soucieux de respecter la variété et la complexité du réel.

La vocation actuelle de la sociologie (1950)

Parti en guerre contre quelques faux problèmes : ordre ou progrès, individu ou société, psychologie ou sociologie ou philosophie de l’histoire, théorie du facteur prédominant, Gurvitch donne pour champ à la sociologie la réalité sociale considérée sous tous les aspects dans toutes ses strates en profondeur, irréductible à d’autres formes de réalité et saisissable à trois niveaux notamment : celui des liens microsociaux, celui des groupements, celui des classes et sociétés globales. La visée sociologique doit être celle des phénomènes sociaux totaux dont l’expression est continuellement en mouvement. Des dynamismes à la fois créateurs et créés, agents et objets du changement, affectent les « Nous », les groupements et les sociétés globales, et mettent en œuvre constamment des forces de structuration et de déstructuration. Ils engendrent des discontinuités sur lesquelles se fondent les différences entre disciplines voisines comme la sociologie et d’histoire.

Le souci de finesse dans l’analyse conduit à proposer une recherche multidimensionnelle. Ainsi la sociologie en profondeur prend-elle en compte les paliers qui s’étagent, s’interpénètrent, s’influencent mutuellement et qui vont de la base morphologique et écologique jusqu’aux états mentaux en passant par les appareils organisés, les modèles, rôles, attitudes, symboles, conduites, idées et valeurs collectives.

La méthode d’analyse se veut typologique : six types de sociétés globales, trois degrés d’intensité de la sociabilité par fusion partielle dans le « Nous » : masse, communauté, communion. Cette méthode qualitative et discontinuiste spécifie des types qu’elle généralise.  » En construisant des types relativement différents, elle individualise jusqu’à une certaine limite, mais pour mieux retrouver les cadres qui peuvent se répéter « . Cette typologisation des groupements par exemple s’effectue en prenant en compte de multiples critères (quinze en l’occurence) : contenu, envergure, durée, rythme, dispersion, mode d’accès, fonctions, etc.

Gurvitch définit aussi sa méthode comme étant un hyperempirisme dialectique en ce qu’elle tient compte des complémentarités, implications, ambiguïtés, polarisations, réciprocités de perspectives, et qu’elle étudie les rapports tensionnels et antagonistes du social à travers les classes notamment.

Mais on a reproché à cette recherche qui se voulait anti-dogmatique, réaliste et pluraliste, d’hypercatégoriser la réalité sociale et d’aboutir à un certain formalisme dans la démarche. L’unité du concept de classe paraît brisé par des distinctions de classes économiques, politiques, etc., et l’on voit mal l’articulation classe, structure et société globale. Enfin, la notion de structure, pour raffinée qu’elle soit, n’emportera pas l’adhésion des sociologues, à la différence de celle forgée par Lévi-Strauss en désaccord avec Gurvitch.

Déterminismes sociaux et liberté humaine (1955)

Ce livre se propose de faire ressortir la spécificité des déterminismes sociaux et leur variabilité en fonction des cadres dans lesquels ils agissent : formes de sociabilité et niveau microsocial, groupements particuliers, classes sociales, société globale. L’essentiel des catégories sociologiques de l’auteur, ses études des temps sociaux, les procédés opératoires de l’hyperempirisme dialectique, sont contenus dans cet ouvrage.

Temporalité, causalité et déterminisme constituent trois thèmes indissociables. Leur examen conjoint conduit à rejeter la conception d’un déterminisme unique et universel, semblable par exemple à la nécessité métaphysique définie par Leibniz comme harmonie divinement préétablie, ou bien à la nécessité transcendantale de Kant. Différent de la nécessité logique et de la nécessité mathématique à caractère seulement opératoire, le déterminisme relève de l’ordre du réel. La détermination ne se comprend qu’en localisant et en situant les faits particuliers dans des univers concrets, vécus, connus, construits, qui demeurent toujours contingents. La cohérence d’un univers concret, toujours relative, résulte d’un compromis entre cohérence et contingence, continuité et discontinuité, quantité et qualité, instant et durée. La prédominance d’un de ces aspects selon les sphères du réel explique que les liaisons entre les faits puissent être de nature différente : causale, fonctionnelle, probabilitaire ou d’appartenance à un même ensemble, mais jamais le déterminisme ne se réduit à l’un des procédés utilisés pour le détecter.

Toujours multiples et variables selon le niveau considéré, les déterminismes sociaux entrent eux-mêmes en discordance, ce qui se traduit par des décalages, failles, conflits existant dans les manifestations de la sociabilité, à l’intérieur des groupes, des classes et des sociétés globales. Ces déterminismes, la liberté humaine, relative et située, toujours encastrée dans le réel, les utilise comme points de repères et instruments d’intervention. Elle n’est ni contingence pure, ni création pure ex nihilo ; elle implique une liaison entre les événements, une contribution à leur avènement, une action qui ne soit pas discontinuité absolue. Elle ne se réduit ni à la liberté d’indifférence, ni à la liberté d’exécution, ni à une action soumise au seul empire des motifs rationnels.

 » En insistant sur la réalité de la liberté humaine dans l’existence collective et individuelle, afin de mieux déceler son fonctionnement et ses multiples interférences dans l’engrenage de la réalité sociale, nous serons conduits, dit Gurvitch dans son introduction, à distinguer ses degrés (liberté arbitrant selon les préférences subjectives, liberté-réalisation novatrice, liberté-choix, liberté-invention, liberté-décision, liberté-création) dont chacun agit dans une temporalité différente « .

C. R.

Association mémorative de sciences humaines