Colloque A. MEILLET, F. BRUNOT, S. LÉVI

ANAMNESE

3 LINGUISTES (TROP) OUBLIÉS :

Antoine MEILLET, Ferdinand BRUNOT, Sylvain LÉVI

——–

COLLOQUE INTERNATIONAL

IMEC (Caen) du 15 au 17 septembre 2008

 Ce colloque « tricéphale » est consacré à l’œuvre et au legs scientifique et intellectuel de trois linguistes, philologues et historiens de langues et de cultures : Antoine Meillet, Sylvain Lévi et Ferdinand Brunot.

Leurs domaines de spécialisation sont, à première vue, à l’écart l’un de l’autre : A. Meillet fut avant tout un linguiste comparatiste, spécialiste de la grammaire comparée des langues indo-européennes ; Sylvain Lévi fut un orientaliste, spécialiste de la philosophie, des religions et de l’art de l’Inde et de l’Extrême-Orient ; Ferdinand Brunot est connu comme historien de la langue française et comme grammairien s’intéressant de près à l’enseignement de la langue française. Chacun d’eux a laissé son empreinte indélébile sur l’évolution ultérieure de leurs champs de spécialisation. Or, ces trois personnalités ont élaboré leur vaste œuvre dans une visée d’ouverture et de coopération scientifiques. Antoine Meillet, Sylvain Lévi et Ferdinand Brunot se connaissaient comme maîtres et disciples et/ou comme collègues. Antoine Meillet et Sylvain Lévi ont étroitement collaboré dans l’étude des textes tokhariens alors récemment découverts et Antoine Meillet et Ferdinand Brunot ont prêté leur apport à l’institutionnalisation et « l’internationalisation » des études de linguistique romane, à travers la création de la Société de Linguistique romane. Meillet a aussi suivi de près l’élaboration de la monumentale Histoire de la langue française de F. Brunot.

Mais au-delà des contacts personnels, ces trois figures sont liées entre elles par une visée « sociologique » et « ethnographique », qui les rattache à la pensée d’auteurs comme Émile Durkheim, Marcel Mauss et Lucien Febvre. Cette visée sociologique a soutenu aussi leur engagement politique, social, éducatif en tant qu’intellectuels engagés en France dans le premier tiers du XXe siècle.

Le colloque, ouvert aux spécialistes de l’œuvre (d’un) des trois auteurs, vise à dégager et à mettre en relief

(a) les apports réalisés et les perspectives ouvertes par Antoine Meillet, Sylvain Lévi et Ferdinand Brunot dans le vaste champ des études de l’histoire des langues et des cultures et de la description des faits de langue ;

(b) les liens qui unissent ces trois grandes figures de la scène intellectuelle française de la première moitié du XXe siècle ;

(c) leur place dans le paysage scientifique français et européen.

Association mémorative de sciences humaines